Le Kremlin-Bicêtre champion malgré tout


A l’issue d’une finale fermée et disputée dans un climat pesant et mouvementé, le Kremlin-Bicêtre a battu Toulon dans le temps réglementaire à Dunkerque, empochant son quatrième titre de champion de France de futsal. Egalant le record national avec le Sporting de Paris, le club val-de-marnais réalise par ailleurs son second doublé Coupe-Championnat après celui de 2016 et jouera dans la nouvelle Ligue des Champions de futsal UEFA la saison prochaine.

Cela aurait pu être une belle image du futsal pour finir la saison. En devenant champion de France pour la quatrième fois, le Kremlin-Bicêtre Futsal égale le record de son rival et voisin parisien du Sporting au palmarès. Le club du Val-de-Marne a aussi réalisé son second doublé national Coupe-Championnat après celui de 2016. Cette fois, contrairement à la finale de 2015 à Caen, les deux protagonistes n’eurent pas à se départager aux tirs aux buts ou en prolongations car tout se jouait dans le temps réglementaire. Le début de match fut rapidement marqué par des couacs défensifs des deux côtés : le capitaine Thiago Silva commettait le premier une bourde, bien exploitée par Azdine Aigoun qui ne se fit pas prier pour le sanctionner par l’ouverture du score, une poignée de secondes après le coup d’envoi (1-0, 1ère) la partie fut interrompue par les arbitres pendant un quart d’heure, suite à une forte détonation provoquée par l’explosion d’une bombe agricole dans la tribune réservée aux ultras kremlinois : du jamais vu dans une finale nationale de futsal. Ceux-ci, déjà auteurs de l’allumage de fumigènes avant le coup d’envoi, ont ensuite alterné le bon en encourageant de plus belle leur équipe et, surtout, le moins bon en proférant notamment des propos insultants et haineux durant la rencontre.

Le match reprit ensuite mais les deux équipes se neutralisaient et le match fut moins emballant par la suite, la durée de l’interruption, l’ambiance fumeuse et lourde dans la salle ainsi que le revêtement du terrain n’ayant pas aidé les joueurs. En seconde période, il aura fallu attendre les dix dernières minutes pour voir la partie basculer et ce, en faveur du KB qui fit la différence sur des buts de Palomares (tir contré par El Hafyani, 30è) et Soumaré (38è). Toulon, en dépit de son power-play offensif et de multiples occasions, se montra maladroit dans le dernier geste, à l’image de Pupa et surtout la triple occasion de Nito (34è) qui aurait pu relancer la partie. Puis, en toute fin de match, une autre interruption provoquée par les supporters des deux équipes qui faillirent en venir aux mains fit monter la tension d’un cran, ce qui pourrait sans doute avoir des suites juridiques. Finalement, le KB remportera la finale et brandira son quatrième titre de champion de France, dans une cérémonie protocolaire célébrée quasiment à la hâte. Dommage. Côté ambiance et organisation générale, avec une salle à moitié pleine, on fut très loin de celles – avec la ferveur populaire – qui ont accompagné le match historique France-Croatie à Orchies en début de saison ou même, plus récemment, du niveau global de la finale de Coupe nationale entre le KB et Mont-d’Or à Nanterre.

Crédit photo : Var Matin

Kremlin-Bicêtre Futsal – Toulon Elite Futsal : 3-1 (1-1)
Salle Dewerdt (Stade des Flandres), 900 spectateurs environ. Arbitres MM Lang et Maataoui.
Buts : Aigoun (1ère), El Hafyani (30è csc), Soumaré (38è) pour le KB ; Thiago Souza (5è) pour Toulon.
KB FUTSAL : Gozi – Rondon, Aigoun (cap), Vita, Gasmi (bnac : Felipe, Palomares, Ba, Soumaré, Klopp (g), Benzahaj). Entr. : Johann Legeay.
TOULON : Sergio Gomez – Busquets, Pupa, Thiago Souza (cap), Nito (banc : Gouled, Jhow, Rafita, El Hafyani, Zulkarnain). Entr. : Lluis Bernat Molina.

Soyez le premier à commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.