A l’instar de la D1 Futsal, la FFF a également communiqué ce jeudi la composition des groupes A et B de D2 Futsal 2017-2018. Seuls dix-neuf clubs sont mentionnés dans la liste. 

Depuis l’annonce le moins dernier du retrait définitif de Lyon Footzik de toutes compétitions nationales et régionales pour la saison 2017-2018, déploré par le milieu du futsal tricolore, la Fédération a publié la composition des deux groupes de D2 Futsal et seuls dix-neuf des vingts clubs sont présents. Y compris Montpellier, officiellement intégré dans le groupe B alors qu’il va contester les décisions fédérales devant le tribunal administratif à la fin du mois. La principale surprise est donc l’intégration du promu corse Furiani dans le Groupe A, ce qui lui occasionnera de longs déplacements depuis l’Île de Beauté vers la moitié nord du pays et ce, dans une poule qui compte neuf équipes contre dix habituellement. Ce qui n’empêchera pas une forte densité, où la plupart des équipes se sont bien renforcées durant le mercato, à l’image d’Acces, nouvelle attraction du futsal français qui a recruté de nombreux internationaux et le freestyler Séan Garnier; Caen Guérinière, Laval ou encore Faches Futsal notamment. Le Groupe A, qui récupère par ailleurs le barragiste Bagneux Futsal en tant que meilleur huitième la saison passée, pourrait donc n’avoir qu’un seul club relégué en Ligue régionale, à moins qu’une décision du tribunal en faveur de Douai Gayant ne change la donne…et ne renforce un peu plus la concurrence qui s’annonce très forte et passionnante.

Davantage que dans le Groupe B, orpheline de Lyon Footzik mais qui comprend dix clubs. La nouvelle Ligue du Grand Est se taille la part du lion avec pas moins de quatre représentants : Pfastatt, Kingersheim et les promus Reims et Stockfeld (devenu entre-temps Neuhof Futsal mais la FFF n’a pas pris en compte le changement de nom en raison des délais dépassés), contre trois pour la Ligue Occitanie (Montpellier, Plaisance, Beaucaire), tandis que Clénay (Bourgogne-Franche-Comté), le promu Vénissieux (Auvergne-Rhône-Alpes) et le barragiste Paris Métropole (repêché comme second huitième lors du précédent exercice) complètent un Groupe B qui pourrait passer à neuf clubs ne cas de décision favorable du tribunal administratif pour Montpellier.