Suite aux deux matches en retard joués ce week-end, le calendrier et le classement de la D1 Futsal sont désormais à jour. L'occasion d'établir un premier bilan retraçant les premières tendances de ce début de saison.

Les favoris : ACCES, plus qu'un promu, Kremlin et Toulon en embuscade

Champion de Régionale 1 puis vainqueur de la Coupe nationale en 2017, premier du Groupe A de D2 et promu en D1 la saison passée, le club francilien d'ACCES, basé à Villeneuve-la-Garenne, poursuit son ascension fulgurante et n'entend pas s'arrêter en si bon chemin avec, en ligne de mire, les play-offs et le titre de champion. Auteure d'un recrutement estival "cinq étoiles", la formation villeneuvoise a effectué un début de saison conforme à ses ambitions : cinq victoires et un nul, meilleure attaque (37 buts inscrits, Souheil Mouhoudine meilleur buteur avec 8 réalisations) et meilleure défense de l'élite (seulement 4 buts encaissés). ACCES a pour le moment eu affaire à Toulon (succès 4-1) et surtout à Garges, la seule formation à lui avoir jusqu'à présent pris au moins un point (1-1), à l'issue d'un duel épique marqué par les prestations éclatantes des deux gardiens.

Pendant ce temps, le champion sortant Kremlin-Bicêtre est désormais seul second, en position de dauphin à deux points du leader, en attendant leur confrontation directe le 8 décembre prochain. Le KB a en effet remporté son match en retard samedi contre Nantes (4-3). Un score qui est à l'image de son début de saison : deux nuls concédés et quatre victoires difficilement obtenues, avec des scores souvent étriqués (pas plus de trois buts d'écart, comme le 6-3 face au promu Beaucaire). Mais le KB reste, tout comme ACCES d'ailleurs, invaincu en Championnat. De son côté, le vice-champion national Toulon complète le podium et reste compétitif en dépit du départ à l'intersaison de l'entraîneur Lluis Bernat Molina, remplacé par son adjoint Karim Deman. Malgré deux défaites (ACCES et Paris ACASA), le TEF se rattrape bien et reste en embuscade dans la course aux play-offs.

 

Les outsiders : Nantes a la cote, Garges, Béthune et Roubaix en quête de régularité 

Actuellement quatrième du classement de D1, Nantes Métropole complète le quatuor de tête qualifiable pour la phase finale du Championnat. Le clubs des bords de la Loire a été auteur d'un parfait début de saison avec quatre succès lors de ses quatre premières sorties (dont celle contre Garges sur le score de 3-2), avant d'enchaîner avec deux revers d'affilée contre Toulon (0-1) puis le Kremlin-Bicêtre (3-4). Mais les dirigeants du NMF peuvent cette saison compter sur un nouvelle ferveur populaire : le public, qui vient de plus en plus nombreux assister aux rencontres à domicile, ce qui est sans égal en D1 cette saison et une première pour le futsal nantais. Soit un bon millier en moyenne sur les premiers matches à la salle Mangin-Beaulieu. Suffisant pour aller plus haut et titiller les favoris ? Il faudra réaliser une nouvelle série de bons résultats pour continuer d'attirer le public.


Les trois clubs qui suivent ont réalisé un début de saison sur courant alternatif. Cinquième du classement, Béthune, qui s'est exilé à Lens pour toute la saison, a démarré avec trois victoires lors des quatre premières journées avant de concéder deux défaites consécutives. Son voisin et rival régional Roubaix, disposant d'un effectif rajeuni, a eu plus de difficultés en termes de résultats mais a su se ressaisir en recrutant deux brésiliens et en rappelant des cadres qui étaient sur le flanc en début de saison. Idem pour Garges qui, après deux défaites inaugurales, s'est bien repris en gagnant à Toulouse (6-1) avant d'accrocher le leader ACCES à domicile (1-1), notamment grâce à son gardien Francis Lokoka. Toutefois, le champion de France 2017 devra bien négocier ses cinq prochaines rencontres pour côtoyer le haut de tableau.

Beaucaire s'adapte bien, Toulouse s'accroche

Auréolé du titre de champion de France de D2 et promu en élite, Beaucaire réalise pour le moment un début de saison honorable (deux victoires, un nul et trois défaites). Le club gardois, dirigé par son président et entraîneur Yoann Soum, a su garder la majorité de son effectif de la saison passé, tout en recrutant malin avec notamment des espoirs et une recrue étrangère. La mayonnaise semble bien prendre puisque les Beaucairois ont su jusqu'à présent donner du fil à retordre à leurs adversaires, sans donner l'impression d'être surclassés, y compris par le leader ACCES (victoire francilienne 4-2). Entre-temps,  ils ont eu l'occasion d'infliger des leçons d'efficacité à deux des habitués de l'élite : face au Sporting Paris (8-4) puis à Bastia (8-4). Pour le moment, l'apprentissage de l'élite se déroule bien.

Effectuant sa deuxième saison parmi l'élite, l'UJS Toulouse aura cette fois pour ambition de s'y installer le plus longtemps possible. Après avoir arraché de haute lutte le maintien la saison passée, tous les membres de la désormais seule formation toulousaine présente en D1 Futsal ont décidé d'en tirer les leçons, en reconduisant le gros de l'effectif - dont le buteur maison Youness Ahssen - accompagné de jeunes recrues et d'un nouvel entraîneur espagnol, rompu au futsal professionnel (Hector Nuñez). Bien que le club compte trois revers, il a également deux victoires face à des adversaires directs pour le maintien (Paris ACASA et Bastia) et surtout un match nul face au Kremlin-Bicêtre champion de France sortant (3-3), qui pourrait compter pour la suite. En tout cas, l'UJS effecute un bien meilleur démarrage que celui de la saison dernière.


En difficulté : Le Sporting et ACASA dans le dur, Bastia lanterne rouge

Alors que les clubs de la banlieue parisienne sont mieux lotis, ceux de la capitale vivent un début de saison plus compliqué. C'est le cas du Sporting de Paris et du Paris ACASA. Le premier, au glorieux passé récent (9 titres nationaux entre 2010 et 2015) fait face à profond rajeunissement de l'effectif. Exit les derniers cadres (Teixeira, Chaulet) au profit des jeunes internationaux (De Sa Andrade, Zoubir, Dlimsi...). Mal parti près trois revers consécutifs, les Sportingmen se sont ensuite ressaisis avec trois matches sans défaite, soit deux victoires et un nul (série en cours). Ce qui n'est pas le cas de son voisin Paris ACASA. Ce dernier, malgré un nul face à Bastia (4-4) et une victoire surprise à Toulon (5-4) tarde, tout comme son buteur brésilien Renatinho, à confirmer sa bonne forme la saison passée avec déjà quatre défaites dont la dernière lors du derby parisien face à son voisin du Sporting samedi (4-3).

Le cas de Bastia est encore plus alarmant. Le club corse n'a pour le moment pas quitté la place de lanterne rouge. Après avoir débuté de la pire des manières face à l'ogre ACCES avec un effectif décimé (défaite 0-13), Bastia a enregistré quatre autres revers et un nul. Et comme chaque saison depuis le titre de champion de France de D2 en 2015, la formation insulaire va devoir lutter pour le maintien en D1. A condition d'avoir un effectif au complet, ce qui a rarement été le cas ces derniers temps. Car les Bastiais n'ont jamais été épargnés par les blessures et les suspensions, qui empêchent d'exprimer pleinement le potentiel de leur effectif. Le dernier en date est Jean-Charles Dottel, capitaine historique de l'équipe, à la fois blessé et suspendu sept matches. Mais, malgré ces coups du sort, les Corses ont promis de se battre jusqu'au bout tant que la saison régulière n'est pas finie.

Le classement actuel de D1 (tous six matches joués)

Crédit photo : ACCES FC

Partager avec :