Alors que le Championnat de D1 reprendra ses droits samedi en ordre dispersé (seulement quatre matches au programme), retour sur les premières tendances de la première partie de la saison, celle des matches aller. L'analyse globale avec Alberto Arteaga, l'entraîneur espagnol du Futsal Saône Mont-d'Or, leader de Régionale 1 (Ligue AURA)

En ce qui concerne les favoris, si ACCES reste un ambitieux et solide promu, il n'écrase pas pour autant le Championnat d'élite comme annoncé avant le début de la saison. Ses adversaires, à commencer par le champion sortant Kremlin-Bicêtre, font en effet mieux que résister, contraignant le club de Villeneuve-la-Garenne à concéder durant l'automne deux nuls (à Garges et face au Sporting de Paris) et surtout un revers face au KB lors du choc au sommet. De plus, Toulon, Nantes et Béthune nourrissent des ambitions légitimes et leurs parcours durant cette phase aller en attestent. En revanche, ça sent le roussi pour Bastia, lâché dans la lutte pour le maintien et lanterne rouge. Le point global de FF club par club, avec le travail du technicien Alberto Arteaga.

  1. Kremlin-Bicêtre : le champion sortant est aussi la seule équipe invaincue actuellement en D1. Longtemps derrière ACCES, le KB a pris la tête lors de la dernière journée de la phase aller, devançant son rival villeneuvois d'un point. L'expérience de la Ligue des Champions début octobre au Tour Principal, dans une poule extrêmement relevée (digne d'une poule du Tour Élite) lui a servi pour bien finir 2018 et devrait lui être davantage utile pour la seconde partie de la saison.
  2. ACCES : bien que promu, le club villeneuvois partait comme le principal épouvantail de la D1 mais a progressivement perdu de sa superbe en laissant partir progressivement ses stars étrangères, ce qui lui a fait concéder deux nuls et un revers puis céder sa place de leader - qu'il occupait depuis la première journée - au Kremlin-Bicêtre. Paradoxalement, ACCES possède la meilleure attaque (55 buts inscrits) et la meilleure défense du Championnat (15 buts encaissés).
  3. Toulon : guidé par son énorme joueur Nito, le TEF et son coach Karim Deman ont été très performants durant la phase aller et ce, en dépit de quelques couacs à domicile (défaites face au Sporting et au Paris ACASA). Sa solide défense devrait lui permettre de voir venir pour la suite. Toulon a en effet animé le mercato hivernal (trois départs pour trois renforts de poids), espérant faire un grand coup dans la seconde partie de saison, avec notamment les play-offs en ligne de mire.
  4. Nantes : le NMF s'est montré plus efficace que la saison passée contre des équipes du bas de tableau. Cependant, il manque encore aux hommes de Fabrice Gacougnole un palier à franchir face aux grosses cylindrées du Top 5, contre lesquelles ils n'ont pris aucun point. Malgré tout, Nantes peut compter sur un public de plus en plus nombreux (un millier en moyenne par match) qui pourrait peut-être l'aider à atteindre ses objectifs.
  5. Béthune : le club de l'Artois a su garder son groupe, renforcé par le recrutement de Mathieu O et le retour d'Izavan. Ce qui lui a permis d'être la révélation de la première partie de saison. Proposant un futsal haut en couleurs et agréable à regarder, emmené par son capitaine et meilleur buteur Morgan Bernardou (11 buts), le Futsal Club Béthunois promet d'être l'un des animateurs de la phase retour à condition de prendre des points face aux grosses écuries.
  6. Sporting : plombé par un début de saison catastrophique, le Sporting a dû se séparer du pourtant renommé entraîneur Sito Rivera, remplacé par Rodolphe Lopes qui a fait son grand retour sur le banc vert et blanc. Depuis, les Parisiens ont redressé la barre en remontant au sixième rang, à quatre points des play-offs. C’est l’équipe la plus efficace en power-play offensif et en même temps, le SCP encaisse le plus de buts en contre-attaques.
  7. Garges : Après un début hésitant, l'équipe conduite par Sergio Benatti, accrochait ensuite ACCES et semblait enfin avoir repris le chemin de la victoire avec quatre succès d'affilée. Mais les deux défaites à domicile lors des deux derniers matches avant la trêve ont brisé l'élan de Djibson. La meilleure contre-attaque de la D1 avec le trio Ngala-Kebe-Mendy devrait être plus solide et régulière, surtout à domicile, pour espérer atteindre la phase finale.
  8. Roubaix : Le club nordiste aura vécu une première partie de saison très compliquée, surtout à domicile. Les partenaires de Djamel Haroun ont en effet dû attendre la dernière journée avant la trêve pour glaner son premier succès de la saison à Dubly. Heureusement, certaines performances à l'extérieur, notamment face aux concurrents pour le maintien, sauvent le bilan. L'arrivée récente du nouvel entraîneur Nordine Benamrouche fonde beaucoup d'espoirs et de l'ambition à l'AFS.
  9. Paris ACASA : Auteur d'une belle saison 2017-2018, le Paris ACASA vit un exercice très compliqué, avec des performances trop irrégulières pour espérer mieux que le maintien. Autant les hommes de Ricardo De Souza sont autant capables de vaincre Garges ou Toulon que d'être tenus en échec contre des concurrents pour le maintien. ACASA devra également travailler l'aspect défensif, en particulier les phases d'attaques à deux adverses, pour changer la dynamique de la saison.
  10. UJS Toulouse : L'équipe dirigée par l'entraîneur espagnol Héctor Núñez ne compte que deux victoires en ce début de saison et devra encre lutter pour se maintenir. Pour cela, l'UJS devra compter sur son buteur providentiel Youness Ahssen, actuel meilleur réalisateur du Championnat (13 buts). Déjà habitués à marquer dans les dernières secondes des matches à domicile - ce qui leur a permis d'arracher trois nuls pour une courte défaite face à Roubaix, il est certain que les Toulousains donneront tout jusqu'à la fin.
  11. Beaucaire : l'équipe nouvellement promue a surpris les locaux et les étrangers avec 2 victoires en 3 matches en tout début de saison, avec notamment le succès face au Sporting qui a marqué les esprits. Mais la suite a été très difficile pour le club gardois, qui découvre le rythme très élevé de l'élite, glissant peu à peu dans la zone de relégation. Par ailleurs, Beaucaire doit travailler dur sur l'aspect défensif car il possède la deuxième pire défense du Championnat.
  12. Bastia : la quatrième saison d'affilée du club corse au sein de l'élite est sans aucun doute la plus difficile qu'il ait actuellement à disputer. Habitué à se battre pour le maintien, Bastia semble cette fois avoir grillé trop de jokers, avec un seul point pris en onze journées et la plus mauvaise défense de D1. Et le limogeage du technicien portugais Rui Dos Santos en novembre dernier n'a en outre pas arrangé la situation. Si le maintien semble désormais tenir du miracle, le club corse sonde désormais un technicien pour se reconstruire.

Particularités :

  • Le gardien-volant laisse plus dans le débit que dans le crédit, après avoir marqué 3 buts de plus que ceux marqués avec cette tactique.
  • Seulement 25% des buts en transition montrent qu'à chaque fois les équipes sont mieux organisées dans les attaques placées
  • Seulement 12 jets-francs (tirs à 10 mètres) inscrits en 11 journées, l’arbitrage permet à chaque fois davantage de contacts dans l'élite du futsal français
  • ACCES a le plus terminé ses matches sans avoir encaissé de buts (4). A l'inverse, Bastia est l'équipe la plus bredouille (4 matches sans avoir inscrit le moindre but).
  • Nantes possède pour le moment la meilleure moyenne d'affluence à domicile avec près d'un millier de spectateurs, devant Toulon et le Kremlin-Bicêtre

Partager avec :